Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Lilie

  Il y a actuellement    visiteurs sur ce blog

 

 

 

 

 

tumblr_mvhzczqKQy1s1efqyo1_500.gif

 

"Ecrire, une autre façon de se dire.

Ecrire pour guérir"

Juke Box

Archives

14 octobre 2008 2 14 /10 /octobre /2008 08:00















J'ai connu dans ma vie qui s'étire déjà pas mal quelques grands vivants.
Ils n'étaient pas tous célèbres, loin de là.
Mais ils avaient tous assez d'amour dans le coeur pour en donner à beaucoup.
Ils n'avaient pas tous un épais portefeuille, tant s'en faut.
Mais ils avaient tous une grande passion dans l'âme qui donnait du sens
à tout ce qu'ils faisaient.

Ils n'étaient pas tous très instruits, oh non !
Mais ils avaient tous développé une sagesse en leur esprit
qui en faisait de merveilleux conseillers.
Ils avaient souffert, souvent même beaucoup
maladies, échecs, abandons, trahisons.
Mais jamais, ils ne s'étaient laissés abattre.
Toujours, ils avaient rebondi devant l'épreuve.

Ils avaient compris depuis longtemps
que donner est plus agréable que recevoir,
qu'écouter est plus intéressant que parler,
qu'admirer est plus utile que condamner.
Ils avaient découvert que l'intelligence sans le coeur est bien malcommode
et que le coeur sans les mains ne vaut guère mieux.


Ils avaient trouvé aussi, souvent péniblement,
que la vraie vie ne se vit pas tout seul.
Il y a les autres sur qui on peut s'appuyer.
Ils avaient tous gardé un sens de l'émerveillement peu commun.
Capables de se pâmer devant une rose fraîchement éclose
Autant que devant le sourire d'un enfant ou les mains ridées d'un vieillard.
Ils étaient ardent à l'ouvrage et fervents pour l'amour.

Ils avaient la force des départs et le courage des recommencements.
Ils avaient du coeur au ventre et aussi plein les mains.
Il émanait de leur personne une sorte de magnétisme
qui donnait le goût de faire un bout de chemin avec eux.
Leur seule présence inspirait confiance.
Ils dégageaient beaucoup d'amour.
On était bien avec eux.


A les voir, on avait le sentiment d'être meilleur.
A côté d'eux, on avait envie de grandir.
Ils avaient du feu dans les yeux et dans le coeur.
Et certains, au cours du voyage, avaient rencontré Dieu
qui avait éclairé leurs pas, guéri leurs blessures et réchauffé leurs froidures.
Bref, ils avaient le goût de vivre et ils donnaient le goût de vivre.

Mais j'en ai connu d'autres qui avaient perdu ce goût de vivre
et qui traînaient à pas lents une vie lourde de misères.
Grands blessés, oubliés, déprimés, angoissés, perdus.
Ce n'était pas toujours de leur faute.
Ils ont excité en moi la pitié, puis la compassion, et enfin l'amour.
Je leur ai voué une bonne partie de ma vie.


Ils sont devenus des maîtres pour moi
et je compte parmi eux quelques-uns de mes meilleurs amis.
Et, il faut le dire, j'en ai connu enfin qui enlevaient aux autres le goût de vivre,
qui utilisaient les gens plutôt que de les aimer.
Mesquins, égoïstes, ambitieux, hypocrites, veules, jaloux, jugeurs, exploiteurs.
Eux aussi n'étaient pas toujours coupables.
Ils m'ont souvent donné l'envie de vomir quand ils croisaient ma route.
Peu à peu, cependant, ils m'ont appris la compréhension, la bonté
et surtout le pardon.
Dans la caravane humaine, il y a toutes sortes de marcheurs
Des leaders et des suiveurs, des infatigables et des fatigués,
Des joyeux et des tristes, des bons vivants et des agressifs,
Des grands, des moyens, des petits, des fins et des pas-fins, des forts et des faibles...
Les uns courent, d'autres s'essoufflent à rien,
d'autres s'assoient sur le bord de route, d'autres enfin rebroussent chemin.


Mais tous sont portés ou emportés par cette marée humaine.
Tous, même sans le savoir, sont avides d'amour, sont assoiffés de vie.
Ils veulent VIVRE.
Ils portent en eux, comme le trésor le plus précieux, cet acharnement à vouloir vivre.
Qui leur a rivé au coeur ce goût de vivre, dîtes-le moi
Je ne serais pas surpris que ce soit
Celui qui est la vie
Celui qui a brisé les chaînes de toutes nos morts afin que nous puissions
vivre toujours.




Jules Beaulac





Repost 0
11 octobre 2008 6 11 /10 /octobre /2008 18:51










Elle écrit

des mots désarticulés,morcelés

que sa pensée met à bouts-rimés

De sa tour d'ivoire,

sa plume entrebaille les portes,

éclairée par un idéal

dont elle voudrait prendre corps.

Et ça la tient en vie

et ça la tient debout.

Elle écrit

des mots tremblés,des larmes soulignées

tout ce que son coeur ne peut crier.

Là à l'étroit,

où tout va, tout meurt.

Elle écrit,

son laissez-passer,

dans ses nuits de solitude,

pour laisser aller, abandonner

sa peur d'avoir peur.

Elle écrit, elle oublie

et ça lui rappelle

qu'elle vit.........



 

Lilie

Repost 0
9 octobre 2008 4 09 /10 /octobre /2008 20:05








Espérer sans se retourner

sans une larme versée.

Sans amour et bonheur

vous n'y arriverez.

L'espèrance sans patience n'a pas de sens.

L'espèrance est comme le bonheur,

quand il espère il n'a pas peur.

Sans espérance on ne voit plus sa chance.

Laisser faire la vie, voir le silence.

Attirer la confiance

c'est attirer la vie,

attirer la vie

c'est attirer l'espèrance.


Pierre, 12 ans



De retour au collège, après un arrêt maladie de quelque jours, le petit Pierre m'a remis ce nouveau poème avec les remerciements suivants qu'il vous adresse en poèsie
"Je remercie les gens qui m'encouragent,
les gens qui voient ma poèsie ,
la comprennent et la nourrissent.
Ces poèmes sont écrits avec mon coeur,
vos encouragements font mon bonheur
Très touché par vos commentaires,
je dédie ce poème à ceux qui l'apprécient"

Sâches Pierre , que je suis de plus en plus touchée par tes mots, par ta gentillesse au quotidien.De tes 12 ans, seulement, chaque jour tu donnes une leçon de vie à beaucoup d"adultes autour de toi, sans le savoir. Tu es de ceux qui ont en eux le don de soi , le sens du partage, le sens de l'écoute, tu ne juges jamais, tu construis peu à peu ta vie en te nourrissant de celle des autres.Surtout ne perds en route aucune de ces valeurs que tes parents t'ont inculquées.   Lilie.




Repost 0
4 octobre 2008 6 04 /10 /octobre /2008 08:59



tu es la mémoire
les soirs d'oubli
quand l'insomnie
décompte les heures

tu es le miroir
ce monde d'aveux
le vrai dans la glace
sous les rires et sous le fard

tu es le reflet
cet accord parfait
qui chasse tous les ratés,
les quiproquos,tous les faux pas

tu es cet écho
dans mon désert
tu remplis l'absence
au creux de mes silences





Repost 0
27 septembre 2008 6 27 /09 /septembre /2008 08:40









Je me choisis pour être libre
ne plus être esclave de mes peines
je prends ma place, mon espace
je me démène à rompre la chaîne
des instants écorchés,
tous ces maux mal soignés
je ne me brise plus à attendre
que les marées s'arrêtent
je file entre les écueils
j'évite tout ce qui sonne faux
pour trouver le repos
je me choisis pour ne plus faire
n'importe quoi , à tout prix plaire
je suis ma route coûte que coûte
je fais confiance, cent fois sans regrets
et je dis tout ce qu'au fond je pense
et si c'est moi que l'on choisit
ce sera moi telle que je suis

 

 

 

 

Repost 0
22 septembre 2008 1 22 /09 /septembre /2008 20:04














Me sentir forte de tous mes rêves

me tenir droite dans le jour qui se lêve

malgré toutes ces limites qu'on m'impose

partir libre de tout lieu

me dévisser de là....

Me sentir forte de tous mes sens

me désenliser de l'argile et du temps

me dépouiller un peu plus

avancer de source en source......





 

Repost 0
11 septembre 2008 4 11 /09 /septembre /2008 18:53






Quelques mots pour vous donner de mes nouvelles.
J'ai abandonné ce blog pendant si longtemps pour m'éloigner de la maladie , ne plus avoir à en parler, convaincue que cela allait m'aider à aller mieux .Tel est le cas.
Je vis aujourd'hui au jour le jour profitant de mon compagnon, ma famille , mes amis mon travail et j'en suis comblée.J'ai accepté aujourd'hui de composer avec la maladie , d'entrer dans la phase d'acceptation tout en continuant à espérer qu'un jour ce temps qui passe me soulagera enfin.
Je n'ai pas repris ma plume depuis deux mois, les mots me manquent .Peut être reviendront ils un jour pour nourrir ce blog qui m'a tant apporté au travers de vos mots, grâce à tous nos échanges.
Je ne vous oublie pas, je pense fort à vous tous,vous êtes cette partie de moi, nourrie d'espoir , celle qui  dit "oui" à la vie aujourd'hui en la vivant pleinement, malgré tout.

Votre lilie, touchée par tous vos commentaires que je sais sincères ,amicaux , le reflet de vos coeurs unis au mien à jamais.Que la vie vous apporte le meilleur possible.

Repost 0
2 septembre 2008 2 02 /09 /septembre /2008 08:02






Les défauts ne constituent que l'enveloppe,
l'apparence extérieure de l'être humain, non son Essence…
Seul, l'Amour permet de pénétrer cette écorce de la personnalité
et de découvrir les richesses cachées de l'âme…
L'Amour traverse les apparences…
Si tu veux recevoir l'Amour de tous, aime la perfection latente en chacun,
ainsi tu aideras chaque âme à se réaliser…
L'Amour est ta seule richesse inaltérable…
Qu'il soit dans ton regard afin que chaque chose te montre sa réalité intérieure.

Repost 0
27 juin 2008 5 27 /06 /juin /2008 00:01

 
















Elle est pour lui une lumière dans l'ombre

une étoile écarlate dans un monde sombre

Il est pour elle un univers lumineux

il est vie à ses tristes yeux

Ils trouvent refuge dans l'écriture

se noient dans leurs mots

Ils conversent main dans la main

bavardant sur leur vie

parlant des lendemains

Ils s'égayent quand leur coeur est éploré

Relation sans artifice

compagnons de voyage

dans leur pays imaginaire

loin du mal, de la douleur

retraçant de leur vie le chemin

entrouvrant désormais la porte

si lourde de leurs secrets

se libérant à l'unisson









Repost 0
25 juin 2008 3 25 /06 /juin /2008 08:58
















Un effleurement sur des courbes infinies

Consonnes et voyelles enlacées

Le frôlement de vos âmes

les yeux fermés en alchimie

Respirer le chuchotement de vos mots

leur sonorité, percevoir le miroir

en fleurs de transparence

Sentir l'autre, oser, offrir et poser

Vos mots comme unique évidence,

souffles fredonnés à la vie.




Repost 0