Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Lilie

  Il y a actuellement    visiteurs sur ce blog

 

 

 

 

 

tumblr_mvhzczqKQy1s1efqyo1_500.gif

 

"Ecrire, une autre façon de se dire.

Ecrire pour guérir"

Juke Box

Archives

6 mai 2006 6 06 /05 /mai /2006 09:58

Tu m'as toujours dit qu'il faut être sage

tu m'as toujours dit qu'il faut être forte

et ne pas regretter si l'on a fourni des efforts

tu m'as donné ta force,ta confiance

ton assurance

le rêve de tous les pères est de donner la vie

le tien est de voir construire ma vie

et aujourd'hui de me battre pour elle

Que pourrais je te dire que tu ne sais déjà

je me sens forte quand je marche à côté de toi

Père d'attention qui tend l'oreille,qui entend les cris les plus discrets

sâche qu'aujourd'hui comme demain

tout le long du chemin

mon coeur reste avec toi

 

Joyeux anniversaire papa

 

Repost 0
Published by lilie
commenter cet article
30 avril 2006 7 30 /04 /avril /2006 14:32

La bretagne : il faut savoir retirer la spiritualité de cette terre,en accord si merveilleux avec son réalisme solide,presque cru,cet équilibre de forces  prétendument antagonistes  qui opère sur l'être.On prend alors le sens de l'éternel.

peut être sommes nous tous des légendes,certains des débuts,d'autres des fins...chacun parcourant son monde,son histoire sur le coeur,attendant qu'enfin quelqu'un nous ouvre le sien.Peut être ne sommes nous que des nuées d'histoires inventées par un magicien farceur.

lorsque la nuit descend

et que la lune se lève

dans mon coeur d'enfant

je fais le plus beau des rêves

je vous donne un nouveau pays

où le ciel serait bleu

plus doux serait la nuit

je vous ai fait un bouquet d'étoiles

qui embellira votre toit

pour que dans la nuit sans voile

vous chantiez près d'une fée de joie

je vous ai donné un morceau de lune

pour éclairer votre horizon

j'ai demandé au vent de la dune

de vous porter mes chansons

il ya une rivière

dont l'eau pure et claire

coule lentement vers la mer

comme une douce prière

je voulais vous donner un pays

je ne l'ai pas trouvé

je mes suis réveilé dans mon lit sans doute avais- je rêvé

ce pays c'est le mien

c'est aussi le votre

il nous appartient

ce sera toujours le notre

dans la douceur de la brise

je marcherai sur la grève

sous les étoiles qui me grisent

pour ne pas briser mon rêve

ALBAN MARTEL "Les sept îles"

 MAX JACOB

le ciel a pour la mer des regards qui bénissent

le soleil pour la mer est un bateau qui glisse

chaque lame a son or,chaque écume a sa nuit

le flot donne un mot d'ordre à la vague qui suit

le soleil abandonne un flot qui se brise sur le sable

aux endroits où la mer se dérobe

retenant d'un seul flot cent cercles irrisés

tout plat comme un miroir

et vert comme une robe

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 JOSE M DE HEREDIA

les ajoncs éclatants ,parure du granit

dorent l'âpre sommet que le couchant allume

au loin brillante encore par sa barre d'écume

la mer sans fin,commence où la terre finit

 

à mes pieds c'est la nuit,le silence .

Le nid se tait.

L'homme est rentré sous le chaume qui fume

seul l'angélus du soir,ébranlé dans la brume

à la vaste rumeur  de l'oéan s'unit

 

alors comme au fond d'un abîme ,des traînes

des landes,des ravins,montent des voix lointaines

de pâtres attardés ramenant le bétail

 

l'horizon tout entier s'enveloppe dans l'ombre

et le soleil mourant sur un ciel riche et sombre

ferme les branches d'or de son rouge éventail

 

L'HOMME ET LA MER  (Charles Baudelaire)

 

Homme libre, toujours tu chériras la mer !
La mer est ton miroir, tu contemples ton âme
Dans le déroulement infini de sa lame,
Et ton esprit n'est pas un gouffre moins amer.
 
Tu te plais à plonger au sein de ton image ;
Tu l'embrasses des yeux et des bras, et ton coeur
Se distrait quelquefois de sa propre rumeur,
Au bruit de cette plainte indomptable et sauvage.
 
Vous êtes tous les deux ténébreux et discrets :
Homme, nul n'a sondé le fond de tes abîmes ;
O mer, nul ne connaît tes richesses intimes,
Tant vous êtes jaloux de garder vos secrets !
 
Et cependant voilà des siècles innombrables
Que vous vous combattez sans pitié, ni remords,
Tellement vous aimez le carnage et la mort,
O lutteurs éternels, ô frères implacables !

 

 

 

Repost 0
29 avril 2006 6 29 /04 /avril /2006 00:51

  A l'unanimité les malades disent se souvenir "comme si c'était hier" du moment où le médecin a prononcé devant eux le mot "dystonie".Car il ya eu,il y a,il y aura toujours un " avant" et un "après" cet instant.

Bien portant jusque là le sujet devient tout à coup "malade" d'une maladie insaisissable,différente des autres.

surviennent alors plusieurs étapes

- la phase de sidération : la stupeur laisse sans voix,ni force ni réaction "j'en ai eu le souffle coupé" "c'est comme si le ciel me tombait sur la tête" "un gouffre s'ouvrait sous mes pieds" "je n'entendais rien de ce qui se disait,j'étais dans le brouillard".Durant cette période le sujet est incapable et de comprendre ,ou il ne retient que ce qui lui est audible "incurable" "toxine"........

-la phase de déni : "non c'est impossible" "ça ne peut pas être vrai""je vais consulter un autre médecin"

- la phase de colère:le malade crie sa révolte "pourquoi moi?""qu'est ce que j'ai bien pu faire au bon dieu" "c'est injuste" il est vite agacé,mécontent,agressif à propos de tout et de rien,furieux après lui même et après le monde entier

- la phase de dépression alterne souvent avec la précédente et n'est pas facile à passer "je m'en doutais,jen'ai jamais eu de chance.Les tuiles ça a toujours été pour moi"......

et comme s'il fallait toujours trouver une raison à l'inexplicable

-la phase de justification : "c'est à cause de stress,du boulot.....du chômage...du divorce.....de mes relations tendues avec untel.....de la mort de......c'est génétique"

commence alors l'acceptation

ces phases ne se succèdent pas toujours dans le même ordre.l'une ou l'autre peut être exacerbée.Mais elles sont toujours là.Elles permettent à l'organisme de mettre en place des mécanismes  de défense,de retrouver l'instinct de vie.

NE PAS CULPABILISER

est essentielle l'écoute du malade tout au long de son parcours jalonné d'épreuves,de bons et de mauvais jours,de coups de pompe et de blues,coups d'espoir et de rage de vivre.

sont à prendre en considération les répercussions sociales .la société persiste à condamner.

condamnés en sursis pour lesquels la maladie est devenue chronique,vivant avec une épée de damoclès au dessus de leur tête.Angoisse sourde des examens.

terriblement maladroite  l'attitude des proches et de certains soignants  qui croyant bien faire apostrophent le malade "allez remue toi...aie un peu de volonté....vous savez le moral c'est important....car elle renforce le sentiment que le malade est responsable de ce qui lui arrive.Pas facile alors d'affronter l'adversité.Il est nécessaire de légitimer le désarroi pour dédramatiser la situation.

le malade ne sera alors plus jamais comme avant.Beaucoup diront vivre mieux quavant d'une certaine façon en s'accrochant à la vie,à l'essentiel plutôt qu'à des mesquineries."je ne dédaigne plus m'arrêter pour humer le parfum des fleurs...."

ses attentes : celui de parler de ses doutes,de ses peurs de ses angoisses,celui de partager son vécu avec d'autres malades et d'être soutenu par des proches,celui de soulager la douleur.

parmi les choses les plus difficiles à vivre : le cloisonnement entre le système sanitaire et social,les froideurs et lenteurs de l'administration(problèmes d'assurances,de prise encharge,obtention d'aides financières,difficulté de faire des projets,d'emprunter de l'argent)la solitude.

 

Repost 0
24 avril 2006 1 24 /04 /avril /2006 22:00

 

j'ai toujours eu une petite passion pour les fées,les lutins,les korrigans... qui peuplent nos forêts de bretagne.

pour les greco romains les fées descendent des moires grecques et des parques.C'est pourquoi elles vont généralement par trois.Les fata correspondent à de petites divinités mythologiques apparentées au destin (fatum) mais également associées au culte des arbres,des eaux et des fontaines.Ce culte des fées de la forêt s'est transmis aux gaulois pendant la domination romaine.

Dans l'imaginaire celtique,les fées sont les descendantes des  druidesses chargées des cultes.Comme ces antiques prêtresses,les fées sont souvent représentées de blanc et coifées d'une couronne.De druidesses elles sont devenues des divinités de la nature et notamment de la forêt.

le mot fée date du 12 ème siècle ,il vient du latin fata,dérivé de fatum,destin qui a donné fata en italien,fada en provençal et langue d'oc et fade dans certaines régions de France.Une autre éthymologie fait dériver fée du latin fari,prophétiser qui a donné le mot du vieux français faer ,enchanter,charmer, et faé,chanté,fairy ou fay en anglais.

mais il est de tradition de ne pas les nommer directement et de les désigner au moyen d'expressions galantes telles que les bonnes dames

aujourd'hui elles ne se montrent plus guère,qu'entre deux battemenst de paupière.le seul jour où on peut les voir couramment à condition de connaître leur cachette est le 1er mai,jour de la fête celtique de beltaine.

les fées vivent au royaume de Féerie,gouvernées tantôt par la minuscule reine malt,tantôt par la reine Titania.Elles vivent également dans les îles enchantées comme la mythique île Morgane.

créatures merveilleuses d'apparence féminine,dotés de pouvoirs surnaturels et généralement bienveillantes,les fées ont le pouvoir d'exercer les voeux des mortels,de les protèger voire de combler les nouveaux nés de dons en se pencahnt sur leurs berceaux.

alors croyez aux fées

comme j'y crois

et le premier mai faites un voeu pour en apercevoir une

trois petits tours et silence!

quand on m'aime je danse

quand on veut j'apparais

trois petits tours et silence!

faire un voeu ou bien deux

et puis fermer les yeux

je suis là

pour celui ou pour ceux

qui n'ont pas froid aux yeux

qui croient en moi

faire un souhait pour de vrai

et puis croire au mystère

tout est là

dépêche toi avant que tout s'éveille

attrape moi

mais pas le bout des ailes

une fée c'est fragile parfois

avant que minuit ne vienne

attrape moi

et vois mes étincelles

une fée c'est magique en soi

mylène farmer

Repost 0
Published by lilie
commenter cet article
24 avril 2006 1 24 /04 /avril /2006 14:12

 

 

 

Devant diverses situations qui peuvent jalonner notre vie deux attitudes sont possibles : le fatalisme ou l'acceptation.

même s'il semble y avoir une parenté entre ces deux options,elles sont diamètrelement opposées.

la première est l'attitude de celui qui se soumet docilement et courbe l'échine devant la difficulté ,se persuadant que c'est la vie qui est ainsi faite et qu'il n'y peut rien y changer.

la deuxième est l'attitude de celui qui peut être momentanément écrasé,mais se relève et se tient debout devant la réalité

le fataliste subit et se laisse éteindre,véritable suicide moral ; celui qui accepte commence par se rebiffer,puis, le temps aidant,décide de tirer parti de la situation conscient que l'épreuve est un moyen de se connaître mieux pour approfondir et ensuite guérir.il dit oui pour vivre.

certes il est plus aisé de ne pas réagir et de renoncer à l'effort que de faire face à l'adversité

dans le pemier cas une certaine paresse ou une peur quelconque supposent toujours un bouc émissaire qui devra encaisser la responsabilité.C'est la vie ,il faut se résigner.Tout est écrit et décidé d'avance.

tandis que l'acceptation commence souvent par la révolte,le refus de trouver normal ce qui nous apparaît comme une absurdité.C'est une attitude d'adulte,saine mais plus exigeante,dans laquelle entre le sentiment de sa propre dignité d'être humain;

aux heures de crises inévitables,on peut supposer une sorte de résignation souriante et stérile où l'on s'abandonne au fatalisme,parce que c'est plus facile,et sans jamais prendre la responsabilité de sa vie

une force plus grande que nous ,croit- on ,tire des ficelles et nous fait avancer comme des marionnettes.Ou bien on ne voudra pas sortir de sa révolte.L'un cherche à fuir et ne s'atteindra jamais parce qu'il se leurre et leurre les autres par le fait même.

tandis que l'autre ne pourra être tenté et désespèrer,si sa lucidité ne lui en fait voir que l'aspect "non-sens" de la situation et l'empêche de prendre conscience de la force qui est en lui

la fatalisme est une défaite déguisée en victoire pour soi et pour les autres

l'acceptation est une conquète de soi qui a d'abord pris des allures de défaite.

 

 

les choses ne s'arrangent que lorsqu'on arrive à trouver la bonne attitude

quand une difficulté surgit dans notre vie,nous avons le choix : nous crisper intérieurement,nous révolter contre le mauvais sort,nous plaindre de nos problèmes

cette solution cristallise la difficulté et l'ancre dans notre existence.Une autre surgit,le chemin se resserre et nous avons l'impression d'être pris au piège.

l'autre solution consiste à cultiver le contentement et la joie.Si nous décidons que les difficultés n'altéreront pas notre foi en des jours meilleurs,nous proclamons notre confiance en la vie et celle ci se hâtera vers le rendez vous que nous avons fixé.

prenons dès maintenant la résolution d'acceuillir chaque situation problèmatique pour ce qu'elle est : un état passager qui se transformera selon l'énergie que nous y mettrons.

demeurons positifs et sereins : la vie n'y resistera pas

 

Repost 0
11 avril 2006 2 11 /04 /avril /2006 11:50

 

l'essence du bonheur se cache à l'intérieur tu en détiens la clef

 

un état d'esprit positif t'aide non seulement à imaginer ce que tu veux être mais aussi à le devenir  WALLY AMOS

 

quand on ne peut s'échapper physiquement on s'échappe dans sa tête et rien ne peut nous arrêter

 

il faut vivre d'amour,d'amitié ,de défaites,donner à perte d'âme,éclater de passion,pour que l'on puisse dire à la fin de la fête,quelque chose a changé pendant que nous passions  SERGE REGGIANI

 

quand tu souffres regarde la douleur en face,elle te consolera elle même et t'apprendra quelque chose ALEXANDRE DUMAS

 

bonheur ou malheur sont le résultat de ce que nous sommes,non le résultat de ce que nous avons ARNAUD DESJARDINS

 

traitez les gens comme s'ils étaient ce qu'ils devraient être et vous les aiderez à devenir ce qu'ils peuvent être  GOETHE

 

si je différe de toi ,loin de te léser,je t'augmente  SAINT EXUPERY

 

j'ai décidé d'être heureux parce que c'est bon pour la santé  VOLTAIRE

 

on ne bâtit un bonheur que sur un fondement de désespoir je crois que je vais pouvoir me mettre à construire  MARGUERITE YOURCENAR

 

peu importe la galère qui vous tombe dessus n'oubliez pas qui vous êtes

 

aimer la vie à n'importe quel prix malgré les difficultés,vivre pour lutter.

 

 

Repost 0
Published by lilie
commenter cet article
7 avril 2006 5 07 /04 /avril /2006 22:13

j'ai mis longtemps à dire ,à casser ces modèles idiots du "enfouis tout au plus profond de toi de peur que les autres ne te connaissent trop bien et ne te jugent".c'est fou comme on peut se fermer des portes.Instinct de protection idiot.Je m'autorise aujourd'hui à ne pas jouer de rôle,à rester fidèle à ce que je suis.Dire "j'ai peur","j'ai mal","je suis folle de joie","je t'adore","je regrette".......je fais mes premiers pas sur ce chemin.Agacer le monde autour de moi avec mes sautes d'humeur,mes délires,mes moments d'humanisme,ma connerie,mes envies....Ne pas plaire à tout le monde,ça c'est génial,c'est signe qu'on vit avec les autres et pas comme les autres veulent qu'on vive.Je ne rentrerai pas dans le moule de la femme parfaite,de la fille idéale.

je trouve que l'on avance pas en enfouissant tous nos sentiments loin du regard des autres.Etre soi même et vivre pleinement le moment présent,voilà un de mes principes de vie dorénavant et je ne veux pas  changer. 

je ne sais pas où je vais mais j'y vais avec toute mon envie de vivre.Alors peu importe les empreintes que je laisserai ,ça n'est pas ce qui compte.ce qui l'est ce sont les personnes que je rencontre tout au long du chemin de ma vie.

 

 CA VAUT LE COUP D ETRE EN ACCORD AVEC SOI MEME

 

Repost 0
7 avril 2006 5 07 /04 /avril /2006 14:50

 

LA DYSTONIE

Je suis atteinte de dystonie depuis maintenant quatre longues années et ce blog est le reflet de ma maladie et de ceux et celles qui m'accompagnent chaque jour et qui partagent la douleur de ce mal incurable.

les dystonies sont des contractions musculaires involontaires,soutenues ou spasmodiques répétées.Ces contractions sont responsables de mouvements ou de torsions d'un segment du corps en flexion ou en extension .Pour la cause on suggère un trouble fonctionnel dans certaines zones de la base du cerveau (par exemle au niveau du putamen) ou dans le tronc cérébral.Elles sont génétiques ou sporadiques (cad non liées à un caractère familial).les traitements font appel aux techniques de relaxation,aux médicaments (anticholinergiques,substances bloquant les récepteurs dopaminergiques,relaxants musculaires).lorsqu'elle est localisée on propose des injections de toxine botulinique au niveau des muscles concernés exercées par des neurologues qui en ont une bonne expérience.

je suis adhérente à AMADYS association des malades atteints de dystonie (maladie orpheline) dont le but est de faire connaître la maladie au grand public,aux médecins non spécialisés,défendre les malades auprès des pouvoirs publics et regrouper les malades dans un climat d'amitié.Cette association est dirigée par des malades ou proches de malades tous bénévoles et vit des cotisations annuelles de ses membres.Elle est habilitée à recevoir des dons affectés à la recherche médicale.

j'espère à travers mes écrits toucher votre coeur .

 

 

Repost 0