Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Lilie

  Il y a actuellement    visiteurs sur ce blog

 

 

 

 

 

tumblr_mvhzczqKQy1s1efqyo1_500.gif

 

"Ecrire, une autre façon de se dire.

Ecrire pour guérir"

Juke Box

Archives

23 juin 2008 1 23 /06 /juin /2008 01:00









On commence comme cela un matin

on dit des choses qui nous encloîtrent

et nous empêchent la vie

alors on dit toujours plus

pour sauver sa peau

pour sauver sa relation à l'autre.

L'écriture n'est interessante que

lorsqu'elle devient la respiration,

le souffle vital.

C'est elle qui corporise

c'est en elle que l'âme s'incarne

Si ma vie était une ligne droite

sans sursauts

sans ces émotions récurrentes

qui font notre essentialité

alors je n'écrirai pas

Dire ses dissonances,fêlures et absences

 

Je ressens de nouveau le flux de la vie

telle une brise lègère,encore timide

mais pourtant bien présente

Le bloc de glace qui s'était figé

dans mes veines commence

à réchauffer lentement l'enveloppe.

Quelques gouttes se détachent,tièdes

elles s'écoulent dans le circuit intérieur.

Ne pas regretter les mots écrits

ces mots aujourd'hui échappés

indépendants, libres de toute interprètation.

 

 

              

Repost 0
21 juin 2008 6 21 /06 /juin /2008 18:07










Le temps de voir



Je vois la vie s'ouvrir devant toi

mais toi tu as froid

comme une cheminée qui n'a plus de bois

Tu te sens seule et pleine d'effroi,

je vois le soleil se lever

et les mots s'envoler,

je sens la chaleur sous mes pieds

Comment peux tu ne pas mourir

sans doute en regardant la lune,

dans le désert des dunes

et voir l'univers,

non comme en hiver,

mais au printemps

pourquoi ne vois tu pas le temps.


Pierre, 11 ans.






Pierre vous remercie de tous vos commentaires suite à ses écrits dans l'article "petit poète" en date du 7 juin 2008.Comme il n'a pas le net chez lui, je lui ai fait une copie de vos mots.Il a été très touché par vos encouragements.Ecrire est pour lui un plaisir quotidien.Voici son dernier poème que je vous livre de nouveau avec beaucoup d'émotion.
Merci pour lui.
Repost 0
20 juin 2008 5 20 /06 /juin /2008 18:26






Aujourd'hui ni prose, ni vers, juste quelques mots
une lettre ouverte à qui voudra me lire
une sorte d'éxutoire, mon petit défouloir
Sur ma page devenue blanche veut s'épancher ma peine
surtout ne rien graver au marqueur,pouvoir un jour
réecrire son histoire en couleur , guérir ses bleus au coeur.
Aujourd'hui pas de fioritures, les mots ne s'écoutent plus
ainsi passe le temps et le verbe attendre ne me dit que silence
attendre une main pour ouvrir un nouveau chemin
pour voir reverdir, refleurir l'espèrance
vivre tant que je suis vivante, ne dit-on pas que
des petites étincelles naissent les grands embrasements.
Aujourd'hui attendre un signe
sur cette ligne tracée pour moi
pour déposer mon coeur
pour déposer mon âme
il y a sûrement un donneur quelque part.





Repost 0
18 juin 2008 3 18 /06 /juin /2008 20:14








Je veux encore entrer dans la forêt

ermitage, berceau de liberté,

cheminer par des sentes escarpées,

à l'ombre d'un vieux chêne laisser errer ma rêverie,

l'âme emplie d'amour et de mélancolie,

sentir de l'astre roi les reflets ondoyants et nacrés,

frémissantes les branches serpentées,

être troublée par le chant querelleur des passereaux,

le doux murmure des dociles ruisseaux

m'offrant en des vers faits pour être chantés

de la nature toutes les beautés.





Repost 0
15 juin 2008 7 15 /06 /juin /2008 21:40









On peut vivre mille choses

être tout à la fois

quand le regard de l'autre se pose sur soi


On avance côte à côte

on partage nos vies

où remplis l'un de l'autre

l'amour s'impose , il devient roi


On aime tout de l'autre

son odeur, ses gestes, sa peau

il tient le premier rôle

on est si peu de choses quand l'autre n'est plus là


On peut vivre mille épreuves

survivre au combat

quand le regard de l'autre se pose sur soi.







Repost 0
13 juin 2008 5 13 /06 /juin /2008 09:34
5vue3xeh.jpg




Quelles que soient les circonstances, je pratique la compassion.
Cela m'apporte force intérieure et bonheur.
Cela me donne le sentiment que ma vie est utile.






La Paix ce n'est pas quelque chose qui vient de l'exterieur.
C'est quelque chose qui vient de l'interieur.
C'est quelque chose qui doit commencer
au-dedans de nous-memes;
chacun a la responsabilite de faire croitre la Paix en lui
afin que la Paix demeure generale.





L'amour véritable ne peut ni se transformer ni disparaître
puisqu'il est construit sur l'altruisme
et non sur l'attachement et le désir.






Attendre que l'autre fasse le premier pas
consiste à se penser supérieur à cette personne.
Une barrière se dresse alors dans vos relations.
Et vous vous isolez progressivement
de ceux qui vous entourent.



Le plus grand ennemi de l'homme
est l'amour insensé qu'il éprouve pour lui-même.
C'est cet amour qui le sépare des autres.





On ne peut être aimant et compatissant
sans 
contenir ses désirs et ses
intérêts immédiats







La faculté de se mettre dans la peau des autres
et de
réfléchir à la manière dont on agirait à leur
place
est très utile si on veut apprendre à aimer quelqu'un



Le Dalai Lama

Repost 0
10 juin 2008 2 10 /06 /juin /2008 07:28

"Manuel du guerrier de la lumière" de paolo coelho

 

Les inconditionnels de Coelhlo retrouveront le message humaniste plein de confiance et de vie qui avait fait le succès de "l'alchimiste".Avec ce précieux manuel l'auteur va plus loin et explore les forces et les faiblesses que chacun de nous recèle au fond de lui.Un ouvrage à lire page par page,chacune d'elle méritant une attention particulière .

 

 

 



morceaux choisis

Ne pas jouer le rôle que les autres ont choisi pour soi

Un guerrier de la lumière fait toujours des gestes hors du commun.Il peut danser dans la rue en se rendant à son travail.Ou regarder un inconnu dans les yeux et parler d'amour au premier coup d'oeil.Défendre une idée qui peut paraître ridicule.

Il ne craint pas de pleurer de vieux chagrins ni de se réjouir de nouvelles découvertes.Quand il sent l'heure venue il abandonne tout et part pour l'aventure qu'il a tant rêvé.

Il ne passe pas ses jours à tenter de jouer le rôle que les autres ont choisi pour lui.

Relier ce qu'on aime et ce qu'on aimerait faire

Parfois le guerrier de lumière a l'impression de vivre deux vies en parallèle.Dans l'une il est obligé de faire tout ce qu'il ne veut pas,de lutter pour des idées auxquelles il ne croit pas.mais il existe une autre vie et il la découvre dans ses rêves,ses lectures,ses rencontres avec des êtres qui pensent comme lui.Le guerrier permet à ses deux vies de se rapprocher.Il ya un pont qui relie ce que je fais et ce que j'aimerai faire pense t'il.Peu à peu ses rêves envahissent sa routine jusqu'au moment où il se sent prêt pour ce qu'il a toujours désiré.Alors il suffit d'un peu d'audace et les deux vies ne font plus qu'une.

Devenir ce que l'on affirme être

Un guerrier de lumière est digne de confiance

Il commet certaines erreurs  et se juge parfois plus important qu'il ne l'est réellement mais il ne ment pas.Il réfléchit "pourquoi est ce que je parle tant alors que bien souvent je suis incapable de faire tout ce que je dis?" "les idées que tu défends publiquement,il faudra t'efforcer de vivre en accord avec elle"répond son coeur

C'est parce qu'il pense être ce qu'il dit que le guerrier finit par devenir ce qu'il affirme être

Le guerrier de lumière ne se laisse pas intimider par le silence,par l'indifférence ou par le rejet.Il sait que derrière le masque glacé dont se servent les gens il ya un coeur de braise.Aussi prend il plus de risques que les autres.Il cherche sans répit l'amour de quelqu'un même si cela implique d'entendre souvent le mot "non" ,de rentrer chez soi vaincu de se sentir rejeté corps et âme

Il ne se laisse pas effrayer quand il cherche ce dont il a besoin.Sans amour il n'est rien 

Ce sont des guerriers de lumière parce qu'ils se trompent,parce qu'ils 'interrogent,parcequ'ils continuent de chercher un sens.Et ils finiront par le trouver

 

 

 

bonne lecture.

Repost 0
Published by lilie
commenter cet article
7 juin 2008 6 07 /06 /juin /2008 18:00









Je pense

Quand j'entends le bruit des vagues
je pense à ton coeur qui est malade
Les roches et la mer
me font penser à toi qui est prisonnière
Le sable encore chaud
me fait penser à tes larmes qui coulent à flots.
Tous les jours tes paroles, tes cris,tes blessures
me font penser à ton handîcap
Quand je pense que tu es condamnée
Je pense au monde et à ses cruautés





Profitons de la vie

Tant qu'il y a de la vie il y a de l'espoir
Je ne vois plus ton sourire
mais je vois ton histoire
J'entends toujours ta maladie
mais je n'entends plus le son de ta voix
Je regarde ton sourire et ta vie diminuer
sans difficultés j'aperçois sur ta joue des larmes
sur ton visage innondé qui n'a plus aucune arme.




Pierre, 11 ans





Vendredi midi sur la cour de la récréation du collège où je suis surveillante,le petit Pierre en 6éme sâchant que j'avais un blog  sur ma maladie m'a remis ces deux poèmes.J'ai été plus que touchée et les mots m'ont manqué sur le moment à la lecture de ses écrits, une grande émotion m' a envahie.Il a tenu à ce que je les publie sur mon blog , d'ailleurs sur sa petite feuille il était écrit "pour le blog de magalie"...merci beaucoup petit poète, ton sourire quotidien embellit ma vie.


Repost 0
4 juin 2008 3 04 /06 /juin /2008 16:28











La vie est un combat continuel… Contre ce qui nous ronge de l’intérieur ou ce qui nous agresse, nous attaque de l’extérieur. Qui veut marcher sur la route de l’intégrité doit à chaque instant rester vigilant pour tenir ferme contre le malhonnête, l’hypocrite, l’infidèle, l’amoral… La naîveté embellit le décor mais rend plus douloureuse la chute…Par naiveté j'entends la confiance sincère et simple dans les personnes qui gravitent autour de nous, au milieu des circonstances qui sont les notres.Il peut être difficile pour une âme sensible, dévouée, de continuer à marcher au milieu des malveillances.









Repost 0
2 juin 2008 1 02 /06 /juin /2008 08:49








Cognent rafales à mes carreaux


cognent ,me brisent en mille morceaux


Hurlent au vent toutes mes peines


Tempête , tonne mon corps en quartaine


Tous ces regrets qui me lacèrent


volent rameaux brisés, crachats de pierre


meurtrissures de ma chair


Tremble le sol, vibrent les meubles


démons vengeurs, douleur aveugle


cognent encore , fissurent les os


enfoncent  en moi tous leurs couteaux


Soudain la musique  purificatoire


ravive, ranime , réveille l'espoir


mais de nouveau se déracine, se tord mon corps


qui cogne, hurle, gémit encore






Repost 0